Note réalisée en collaboration avec la société de gestion WiseAM

Devant les évolutions récentes de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de coronavirus, nous avons décidé d’essayer d’apporter des informations régulières tant sur l’économie que sur les actions réalisées dans les portefeuilles. Ainsi, nous publierons chaque jour un Flash rapide et succinct des faits principaux de la veille et des opérations réalisées par notre société de gestion.

FLASH QUOTIDIEN #32 – 29 avril 2020

GILEAD PORTE DE NOUVEAU LES BOURSES MONDIALES

Après avoir douché dans un premier temps les espoirs des différents observateurs, Gilead porte de nouveau les bourses mondiales en ce 29 avril. La société a annoncé que l’essai de sa molécule remdesivir aurait atteint son objectif aux Etats Unis pour faire face aux cas graves de Covid-19. La molécule en question est au cœur de différentes études outre Atlantique depuis maintenant plusieurs semaines… mais également en Europe. Celle mise en avant par Gilead a été réalisée par l’Institut National des Allergies et des Maladies infectieuses. Les données de cet essai devraient être publiées sous peu par la biotech américaine. Notons par ailleurs que le titre a été suspendu en pré-ouverture, tant l’envolée aurait pu être délirante en ces temps incertains.

 

QUAND GOOGLE NOURRIT EGALEMENT L’APPETIT POUR LE RISQUE DES INVESTISSEURS

Comme nous avons pu l’évoquer plusieurs fois dans cette chronique quotidienne, plusieurs sociétés sont susceptibles de sortir… grandies de cette crise économique. A l’évidence, Alphabet (Google pour les intimes) fait clairement partie de celles-ci. Bien que touché par la tendance de croissance des revenus publicitaires, qui s’est inéluctablement détériorée à partir de la deuxième quinzaine de mars, le bilan a tout de même surpris très favorablement les attentes des analystes. La maison mère de Google affiche ainsi des revenus trimestriels en croissance de 13% par rapport au premier trimestre 2019 ! Un virage de diversification avait en effet été pris depuis plusieurs années. Les activités non liées à la publicité représentent ainsi désormais 18% des revenus brut du géant américain. Google Cloud engendre ainsi une croissance insolente de près de 50% sur la même période. Face à ce tableau idyllique, les analystes les plus critiques notent toutefois que des points de vigilance subsistent malgré tout… Les dépenses publicitaires pourraient en effet se tarir ces prochains mois, notamment en provenance des secteurs les plus touchés. Surtout, la marge opérationnelle, établie à 23.7%, est la plus faible depuis 20 ans. Pas de quoi inquiéter les investisseurs pour le moment quand l’on observe l’envolée du titre.

 

UNE NOUVELLE VICTIME COLLATERALE DU VIRUS

Comme nous l’avons déjà évoqué dans cette chronique, les compagnies aériennes subissent de plein fouet les effets de la crise sanitaire. C’est désormais l’A380, symbole du constructeur Airbus, qui se retrouve en difficulté. Alors que les livraisons de ce mastodonte des airs devaient être stoppées l’an prochain, les compagnies aériennes n’envisagent finalement pas de le faire voler dès la fin de la crise sanitaire. En effet, cet avion nécessite un taux de remplissage important pour apporter une rentabilité suffisante, et la baisse d’activité du trafic aérien justifie de maintenir le fameux avion à deux ponts cloué au sol. En cause, le manque de flexibilité de l’appareil qui, à l’inverse de ses petits frères, ne lui permet pas d’assurer d’autres missions que celle de long-courrier. A l’image du Concorde… qui avait lui subit le choc pétrolier, l’A380 pourrait ainsi connaître un arrêt prématuré aussi bien dans son développement que dans son exploitation commerciale.

 

LE POINT COVID-19 DU JOUR

Confirmant que le chiffre publié au titre du 27 avril n’était pas de nature à inquiéter, le nombre de décès a de nouveau diminué dans les hôpitaux français le 28 avril avec 190 personnes qui ont succombé au Covid-19. Les lits de réanimation continuent de se libérer et on compte désormais plus de 46 000 personnes guéries du Coronavirus après avoir été hospitalisées. Il reste désormais moins de 100 000 cas actifs sur le territoire. En Asie, où la situation s’était stabilisée depuis quelques semaines, de nouveaux foyers de Covid-19 sont apparus à Singapour et en Chine, laissant craindre une résurgence du virus dans la région. Des mesures drastiques ont été instaurées pour éviter l’arrivée de la tant redoutée seconde vague, et la baisse sensible des échanges (aussi bien du transport de personnes que celui de marchandises) depuis fin janvier devrait contribuer à limiter les conséquences de cette reprise du Covid-19.

 

Principaux indices

*Performance calculée sur les cours du 29/04/2020 à 17h30 heure française.

Revue de presse